Après une saison 1976-1977 de toute beauté (la meilleure de l'histoire du Sporting), le SECB s'est donc qualifié pour la deuxième fois de son histoire pour une coupe européenne : la C3. En menant la danse pratiquement toute la saison, le Sporting terminera à une 3ème place synonyme de Coupe de l'UEFA. Ce fut une année riche en offensive : 82 buts marqués notamment par Dzajic (21 buts), Félix (21 buts) et Zimako (15 buts). Tous les ténors du championnat sont tombés à Furiani (à retenir notamment : 4-1 contre Bordeaux, 3-0 contre Lyon, 4-0 contre Marseille, 3-0 contre Nantes, 5-0 contre Nîmes, 5-2 contre Paris SG....) où seulement 2 matches nuls furent concédés pour 17 victoires et 0 défaite !!!! Malheureusement le titre de champion de France nous échappa notamment à cause d'une injustice flagrante lors du match à Nantes du 16 janvier 1977 qui fit couler beaucoup d'encre : Bastia menait 1 à 0 à la 40° minute (but de Félix), les Bastiais menaient leur sujet et les Nantais étaient à la dérive et ne savaient comment contenir les assauts de nos bleus. La partie tirait à sa fin sans que les "canaris" aient l'air de pouvoir remonter le courant. Pire pour eux, nous marquions un deuxième but par l'intermédiaire de Zimako à 8 minutes de la fin !!! L'arbitre du match, Mr Delmer (son nom fut maudit par des générations de "Turchini"), qui un instant s'apprêtait à valider le but, annula celui-ci sur les recommandations de son juge de touche qui prétexta que Zimako avait écarté Tusseau du bras avant de conclure. En réalité, le calédonien n'a fait que pousser dans la cage vide un ballon qui, "travaillé" par Félix, avait échappé au contrôle de tous les défenseurs nantais ainsi qu'au gardien Bertrand-Demanes. Bastia révolté....en pure perte. Les cinq minutes suivantes furent abominables. Bastia accablé, au contraire de leur rivaux qui y voyèrent un signe du destin, terminèrent au galop et les arrières bastiais encaissèrent trois buts en cinq minutes !!! Tournant de la saison ce match faussé à Nantes ? En tout cas, Dragan Dzajic, retournant à Belgrade déclara : "Dommage, cette mauvaise farce de Nantes....Je ne peux pas dire que nous aurions été champions de France, mais cela nous aurait à tout le moins permis de défendre normalement nos chances par la suite".
Sans enlever la joie de finir sur le podium, le regret final fut atteint à la 38° journée où le sporting perdit sur le fil le titre de vice champion de France au profit de Lens. 2ème du championnat depuis la 29° journée, une ultime défaite à Laval (3-1) combinée à une dernière victoire de Lens contre l'O.M (1-0), fut fatale au Sporting.    
Dommage....., mais cette 3ème place nous assura l'essentiel : la qualification européenne !!!
Et pour un coup d'essai, ce fut un coup de Maître !!!  Sept victoires consécutives en coupe d'Europe !!! Rendez vous compte, le Sporting, représentant la plus petite ligue régionale française, parent pauvre de la FFF avec à peine 5000 licenciés ! Son stade hors d'âge, déjà à l'époque, qui faisait penser à un terrain d'entrainement pour l'entraineur du Sporting de Lisbonne (qui demanda le plus sérieusement du monde, en entrant sur la pelouse de Furiani, ou était le vrai stade qui verrai la rencontre se dérouler) ou à un stade de Série B ou C du sud de l'Italie, du "Mezzogiorno" comme disait l'entraineur Turinois, Gigi Radice l'ex gloire du Milan AC. Nous rejoignions la Juventus de Turin et le Dynamo de Kiev, alors les seuls à avoir accompli la même performance. Même le Real, l'Inter, le Bayern et Benfica, pourtant rois incontestés du Vieux continent n'avaient pas pu faire mieux au cours des 23 précédentes éditions. Et pas contre n'importe qui ! Les victimes du SECB étaient tous des habitués de la compétition continentale (et le sont encore aujourd'hui à l'exception de Iéna disparu après la réunification de l'Allemagne). Cette année là, ce fut l'année de toutes les "premières" : première finale d'un club français en Coupe de l'UEFA (record qui tiendra 18 ans jusqu'a la finale 96 de Bordeaux, suivie des deux finales de l'O.M en 1999 et 2004, toutes perdues), première victoire d'un club français sur le sol anglais (à Newcastle), plus gros écart en 1/4 de finale en coupes européennes (7-2 à l'aller contre Iéna, qui deux ans auparavant avait carrément "dynamité l'O.M 4-0 et 1-0), C1, C2, C3 confondues. Première défaite également, sur ses terres, depuis de longues années, du Torino (affectueusement appelé "Toro" par ses supporters) alors au fait de sa gloire, ogre pamis les ogres européens...., qui vit arriver 15000 Corses qui débarquèrent de partout au milieu de la tempête de neige, en voiture, en avion et en bateau. Et puis vint cette apothéose finale, jouée "à la va vite" sur un terrain impraticable. Depuis près de deux mois, des trombes d'eau tombaient sur la Corse rendant le vieux terrain de Furiani de plus en plus impraticable, le "sommet" ayant été atteint en ce 26 avril 1978. Malheuresement pour nous, la Coupe du Monde 78 approchait à grands pas, et l'UEFA avait donné des consignes très strictes sur ce sujet : pas de report possible (de plus, la télévision émergente à cette époque, commençait à imposer ses règles pour les diffusions de matches), et l'arbitre, Mr Maximovic, qui lançant le ballon en l'air avait eu la surprise d'entendre celui-ci lui dire : "tiens, je flotte !" avait un temps laissé l'impression qu'il céderait à la demande des deux entraineurs (celui du PSV n'était autre que l'ancienne vedette de Saint-Etienne : Rijvers). Et comme, dans pareille occasion, il vaut mieux défendre qu'attaquer, le score de 0-0 n'en fut que plus logique, mais celui-ci ne laissait pas une marge de manoeuvre importante pour nos bleus à l'heure de se déplacer dans l'antre du Phillips Stadion du PSV Eindhoven, grand favori de l'épreuve, tombeur du FC Barcelone en 1/2 finale et qui comptait dans son équipe les futurs vice champions du monde hollandais (battus 3-1 en finale par l'Argentine de Tarantini) qu'étaient notamment les fameux frères W. et R. Van de Kerkhof, Van der Kuylen, Poortvliet....face à notre fameux Jonnhy Rep. Et en ce 09 Mai 1978, date anniversaire de la défaite de Ponte Novu, qui fut le tombeau de notre indépendance, le Sporting, épuisé, tomba sèchement 3 à 0. Mais le sporting était devenu l'égal du Saint-Etienne 1976 et du grand Reims des années 50.

Parcours du Sporting en Coupe de l'UEFA 1977-1978 :

Le 14 Septembre 1977, à Furiani, 6000 spectateurs, arbitre : Mr Guruceta Muro (Espagne).
1/32° de Finale aller : SEC Bastia - Sporting Club de Lisbonne (Portugal) : 3-2 (Félix 52°, 76°, 83° pour Bastia, Jordao 40°sp., Fraguito 59° pour Lisbonne).
Avertissements : Mariot à Bastia, Jordao à Lisbonne.
Bastia : Petrovic - Cazes, Orlanducci, Guesdon, Burkhard - Lacuesta, Desvignes, Papi - Krimau (Larios 46°), Félix, Mariot. Entr : Cahuzac.
Lisbonne : Botelho - Arthur, Manaca, Laranjeira, Da Costa (Inacio 17°) - Victor Gomes, Fraguito, Baltazar - Manuel Fernandes, Jordao, Keita. Entr : Paolo Emilio.

Le 28 Septembre 1977, à Lisbonne (stade Alvalade), 65000 spectateurs, arbitre : Mr Dubach (Suisse).
1/32° de Finale retour : Sporting Club de Lisbonne - SEC Bastia : 1-2 (Fernandes 73° pour Lisbonne, Rep 86°, Félix 89° pour Bastia).
Avertissements : Papi et Petrovic à Bastia.
Lisbonne : Botelho - Arthur (Inacio 42°), Manaca, Laranjeira, Da Costa - Victor Gomes, Fraguito, Aelton - Manuel Fernandes, Jordao, Keita (Freire 46°). Entr : Paolo Emilio.
Bastia : Petrovic - Cazes, Orlanducci, Guesdon, Burkhard (Marchioni 14°) - Desvignes, Papi, Lacuesta (Larios 76°) - Rep, Félix, Mariot. Entr : Cahuzac.

Le 19 Octobre 1977, à Furiani, 8000 spectateurs, arbitre : Mr Linemayr (Autriche).
1/16° de Finale aller : SEC Bastia - Newcastle United (Angleterre) : 2-1 (Cannell 8° pour Newcastle, Papi 51° et 89° pour Bastia).
Bastia : Weller - Cazes, Orlanducci, Guesdon, Burkhard - Lacuesta, Desvignes (Franceschetti 10°; Larios 77°), Papi - Rep, Félix, De Zerbi. Entr : Cahuzac.
Newcastle : Hardwick - Kelly, Nulty, Mc Caffery, Nattrass - Cassidy, Barrowclough, Gowling, Craig - Burns, Cannell. Entr : Richard Dinnis.

Le 02 Novembre 1977, à Newcastle (Saint James Park), 34560 spectateurs, arbitre : Mr Thieme (Norvège).
1/16° de Finale retour : Newcastle United - SEC Bastia : 1-3 (De Zerbi 3°, Rep 10° et 67° pour Bastia, Gowling 35° pour Newcastle).
Avertissements : Cannell à Newcastle, Rep à Bastia.
Newcastle : Hardwick - Blackhall, Mc Caffery, Nulty (Bird 55°), Nattrass - Cassidy, Cannell (Hudson 80°), Barrowclough, Burns - Gowling, T.Craig. Entr : Richard Dinnis.
Bastia : Weller - Cazes, Knayer, Guesdon, Marchioni - Orlanducci, Lacuesta, Papi - Rep, Félix, De Zerbi (Larios 60°); Entr : Cahuzac.

Le 23 Novembre 1977, à Furiani, 8343 spectateurs, arbitre : Mr Arbinger (RFA).
1/8° de Finale aller : SEC Bastia - Torino Calcio (Italie) : 2-1 (Pulici 24° pour Torino, Papi 37°, Rep 62° pour Bastia).
Bastia : Weller - Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Larios, Lacuesta, Papi - Rep, Félix, De Zerbi. Entr : Cahuzac.
Torino : Castellini - Danova, Caporale, Salvadore, Mozzini - P.Sala, Pecci, C.Sala, Butti - Graziani, Pulici. Entr : Gigi Radice.

Le 07 Décembre 1977, à Turin (Stadio Comunale), 50000 spectateurs, arbitre : Mr Thomas (Galles).
1/8° de Finale retour : Torino Calcio - SEC Bastia : 2-3 (Graziani 22° et 47° pour Torino, Larios 19°, Krimau 50° et 65° pour bastia).
Avertissement : Rep à Bastia.
Torino : Castellini (Terraneo 51°) -Danova, Salvadore, Caporale, Mozzini - P.Sala, Pecci, C.Sala, Zaccarelli (Gorin 28°) - Graziani, Pulici. Entr : Gigi Radice.
Bastia : Weller - Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Larios, Lacuesta, Papi - Rep, Krimau, De Zerbi.
Entr : Cahuzac.

Le 1er Mars 1978, à Furiani, 12000 spectateurs, arbitre : Mr Delcourt (Belgique).
1/4 de Finale aller : SEC Bastia - Carl Zeiss Iéna (RDA) : 7-2 (Larios 4°, Papi 42°, Mariot 57°, Félix 70° et 78°, Cazes 81°, Franceschetti 87° pour Bastia, Raab 61° et 73° pour Iéna).
Bastia : Hiard - Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Lacuesta, Francechetti, Papi - Larios, Krimau (Félix 68°), Mariot (De Zerbi 68°). Entr : Cahuzac.
Iéna : Zimmer - Brauer, Weise, Oevermann (Schröder 50°), Noack (Krause 34°) - Kurbjuweit, Schnuphase, Sengewald, Neuber - Raab, Töpfer. Entr : Hans Meyer.

Le 15 Mars 1978, à Iéna (Ernst-Abbe Stadion), 15000 spectateurs, arbitre : Mr Michelotti (Italie).
1/4 de Finale retour : Carl Zeiss Iéna - SEC Bastia : 4-2 (Raab 20°, Lindemann 33°, Vogel 52°,  Töpfer 68°sp. pour Iéna, Papi 26°, Krimau 64° pour Bastia).
Iéna : Grapenthin - Brauer, Noack, Weise, Kurbjuweit - Neuber (Sengewald 58°), Schnuphase, Lindemann - Raab, Töpfer, Vogel. Entr : Hans Mayer.
Bastia : Weller - Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Franceschetti, Papi, Lacuesta - Larios, Krimau, Rep. Entr : Cahuzac.

Le 29 Mars 1978, à Zurich  (Hardtum Stadion), 30000 spectateurs, arbitre : Mr Carpenter (Eire).
1/2 Finale aller : Grasshoppers de Zurich (Suisse) - SEC Bastia : 3-2 (Hermann 21°, Ponte 30°sp., Montandon 54° pour Zurich, Krimau 18°, Papi 36°sp. pour Bastia).
Zurich : Berbig - Niggl, Hey, Montandon, Becker - Wehrli, Hermann, Meyer - Sulser (Bosco 78°), Ponte, Elsener. Entr : ?
Bastia : Hiard - Cazes, Orlanducci, Guesdon, Marchioni - Lacuesta, Krimau, Papi - Rep, Félix, Mariot (Larios 55°). Entr : Cahuzac.

Le 12 Avril 1978, à Furiani, 13000 spectateurs, arbitre : Mr Partridge (Angleterre).
1/2 Finale retour : SEC Bastia - Grasshoppers de Zurich : 1-0 (Papi 68°).
Bastia : Hiard - Marchioni, Orlanducci, Cazes, Burkhard - Lacuesta, Larios, Papi - Aussu (Félix 52°), Krimau, Mariot. Entr : Cahuzac.
Zurich : Berbig - Wehrli, Hey, Montandon (Kaufmann 88°), Niggl - Hermann, Ponte, Meyer - Sulser, Bosco, Elsener (Bachmann ?°). Entr : ?

Le 26 Avril 1978, à Furiani, 15000 spectateurs, arbitre : Mr Maximovic (Yougoslavie), terrain impraticable gorgée d'eau, temps pluvieux.
FINALE Aller : SEC Bastia - PSV Eindhoven (Pays Bas) : 0-0.
Bastia : Hiard - Burkhard, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Papi, Lacuesta (Krimau 65°), Larios - Rep, Krimau (Félix 55°), Mariot. Entr : Cahuzac.
Eindhoven : Van Beveren - Krijgh, Brandts, Van Kraay, Stevens - W.Van de Kerkhof, Van der Kuylen, Poortvlet - R.Van de Kerkhof, Lubse, Deykers. Entr : Rijvers.

Le 09 Mai 1978, à Eindhoven (Phillips Stadion) , 27000 spectateurs, arbitre : Mr Rainea (Roumanie).
FINALE Retour : PSV Eindhoven - SEC Bastia : 3-0 (W.Van de Kerkhof 24°, Deykers 65°, Van der Kuylen 67° pour Eindhoven).
Eindhoven : Van Beveren - Krijgh, Van Kraay (Deacy 79°), Brandts, Stevens - W.Van de Kerkhof, Van der Kuylen, Poortvleit - R.Van de Kerkhof, Lubse, Deykers. Entr : Rijvers.
Bastia : Hiard (Weller 75°) - Marchioni, Orlanducci, Guesdon, Cazes - Lacuesta, Larios, papi - Rep, Krimau, Mariot (De Zerbi 58°). Entr : Cahuzac.